Exclusive access. Expert storytellers. Unforgettable experiences.

Benoît Quémar

Benoît est un passionné de cuisine, un consultant et un journaliste qui aime partager sa passion pour l'histoire royale.

Véritable homme de la Renaissance, Benoît a travaillé dans la finance, a été journaliste et entrepreneur dans l'Ouest canadien et au Royaume-Uni, a formé des journalistes, des gestionnaires et des dirigeants dans divers domaines et forme aujourd'hui au "design thinking". Benoît est intrigué par l'histoire de la cuisine et aime apprendre tout ce qu'il peut sur le vin - deux sujets qui alimentent le rêve d'ouvrir son propre restaurant. Pour Secret Journeys, Benoît explore le goût exquis et l'étonnante histoire de la vie de la dernière reine française, Marie-Antoinette.

De notre section "Gazette" :

Vous présentez l'une de nos expériences à pied qui permet de suivre les traces de Marie-Antoinette pendant différentes étapes de sa vie. Pourquoi pensez-vous qu'il est si important d'avoir une vision globale de l'une des figures les plus emblématiques de France ?

On se souvient de Marie-Antoinette pour sa vie frivole, pour avoir été vraiment déconnectée du peuple français et pourtant elle a été adorée quand elle est devenue reine.

C'est un personnage très intéressant qui n'a jamais voulu faire de mal à personne, mais qui n'a pas écouté sa mère et d'autres conseillers, a fait beaucoup de bévues et a parfois été mal conseillée. Ce n'est qu'à la toute fin de sa vie qu'elle est devenue digne.

De plus, tout cela s'est passé pendant la pire partie de la Révolution française, le règne de la terreur, que les enfants apprennent à l'école mais très souvent à travers la vie de Robespierre, Danton et autres personnages historiques, et jamais ou rarement à travers la vie de la femme du roi qui a fini décapitée. Ainsi, ce qui lui est arrivé dans ses derniers jours et comment elle a réagi à l'emprisonnement et à la séparation de ses enfants à la fin est une autre façon de regarder ces événements et de comprendre pourquoi la monarchie française a pris fin.

Tous les "storytellers"